IMGP6912.jpg

 AUDE LE BIHAN

Choisissant de pratiquer la création comme un mouvement de transformation, Aude Le Bihan déploie une recherche chorégraphique sur la cohabitation du réel et de l’imaginaire en relation à un lieu et à son écosystème pour créer le plus possible “avec”. Grâce à un travail développant la conscience sensorielle et relationnelle du lieu, un imaginaire apparaît en interdépendance avec ce qui est déjà là.

+ + +

Cette recherche est portée par la pratique de l'auto-hypnose et la pensée anarchiste. Il existe de fortes résonances entre ces deux notions, l’une pour le corps individuel et l’autre pour le corps social.

La pratique de l’auto-hypnose dévoile le potentiel d’invention en élargissant l’écoute et le regard et en alliant des notions opposés : l’espace intérieur et extérieur, le réel et l’imaginaire, l’arrêt et le mouvement. Cette pratique permet aussi d’installer un état de disponibilité pour observer ce qui est présent et le transformer. 

Dans le langage courant, le mot « anarchie » est souvent utilisé pour désigner le chaos et la confusion. La pensée anarchiste se situe loin de cette définition. Il s'agit d'une pensée de l'organisation sans relation de domination, construite à partir des besoins de chacun-e. Loin de projeter un idéal dans un avenir meilleur, l'anarchie peut se pratiquer n'importe quand, n'importe où et sur une durée variable. 

La pratique de l’auto-hypnose et la pensée anarchiste ne partent pas à la conquête d’un idéal mais s’installent dans ce qui est présent.

Ce positionnement laisse apparaître un mouvement de création, une circulation faite d’actions et de repos travaillant à un acte artistique le plus libre possible en connexion à une réalité physique.

Le désir de créer des mondes à partir du réel se déploie sur trois terrains de recherche et de production (pièces chorégraphiques, performances, installations, expérience/workshop) :

ICI, voyager un lieu : être en relation avec un lieu-architecture

Colloques d'anatomie hallucinée : être en relation avec un lieu du corps

LOVE : créer des lieux-architectures pour des lieux-corps

Le désir de créer des mondes à partir du réel se déploie sur trois terrains de recherche et de production (pièces chorégraphiques, performances, installations, expérience/workshop) :

ICI, voyager un lieu : être en relation avec un lieu-architecture

Colloques d'anatomie hallucinée : être en relation avec un lieu du corps

LOVE : créer des lieux-architectures pour des lieux-corps

Choisissant de pratiquer la création comme un mouvement de transformation, Aude Le Bihan déploie une recherche chorégraphique sur la cohabitation du réel et de l’imaginaire en relation à un lieu et à son écosystème pour créer le plus possible “avec”. Grâce à un travail développant la conscience sensorielle et relationnelle du lieu, un imaginaire apparaît en interdépendance avec ce qui est déjà là.

HYPNOSE ET ANARCHIE

DOSSIER ARTISTIQUE

BIO DE L'ARTISTE